Dans la NYBooks : attention aux promesses naïves et glauques de la troisième vague du numérique

Dans cet article important, Sue Halpern fait le point des critiques de plus en plus vives sur ce qu’elle appelle « la nouvelle vague du numérique ».

L’article est ici : http://www.nybooks.com/articles/archives/2014/nov/20/creepy-new-wave-internet/?insrc=hpma

Elle s’intéresse d’abord aux promesses de l’internet des objets :

  • L’internet des objets va connecter le quotidien, des thermostats aux ampoules électriques en passant par les réfrigérateurs.
  • Pour Jérémy Rifkin, cette connectivité permanente de tout et de tout le monde sera bientôt à l’origine d’une troisième révolution industrielle.
  • Ce sera l’occasion de redéfinir notre relation aux machines qui nous entourent, mais aussi notre relation à tout un chacun
  • Potentiellement, ce serait même l’occasion de renverser l’économie capitaliste à partir du moment où les gains d’efficacité apportés par l’internet des objets mettrons à bas l’économie de marché en réduisant le coût des biens à zéro.

Mais le développement de l’internet des objets est ralenti par deux problèmes :

  • Une apparence de gadgetisation technologique – difficile de voir le côté révolutionnaire d’une horloge ou d’un réfrigérateur connectés.
  • Un caractère glauque ou dérangeant – à l’image de la façon dont beaucoup de gens ont perçu les google glass.

C’est pour répondre à ces problèmes que des chercheurs comme David Rose essaient de réenchanter les objets connectés en essayant de montrer les bons côtés du surplus d’information apporté par les google glass, en vantant la Google Latitude Doorbell – qui vous prévient de l’arrivée des membres de votre famille, un parapluie qui devient bleu quand il va pleuvoir, ou une veste qui vibre quand quelqu’un vous like sur Facebook.

Mais si ces usages peuvent paraître anodins, il faut rester vigilant sur le fait que l’utilisation des données personnelles comporte toujours un risque de danger. Comment éviter que votre armoire à pharmacie connectée ne transmette des informations à des annonceurs qui vous proposeront des antidépresseurs partout sur Internet, ou m^me à votre employer, voire à votre page Facebook ? Comment être certain que les informations de trajet collectées par Google Latitude Doorbell ne seront pas utilisées dans des procédures de divorce ? Les sièges de voitures sont d’ores et déjà équipées de senseurs qui permettent de dire combien de passagers elles transportent et qui stockent cette information dans l’équivalent d’une boite noire automobile.

Or si cette information existe, même des prosélytes comme Robert Scoble sont obligés d’admettre qu’elle devra être mise à la disposition des forces de l’ordre quand elles le réclameront. Le sujet croît en importance, au fur et à mesure que les objets connectés deviennent de plus en plus stratégiques, comme par exemple les voitures ou les téléphones – jusqu’à la société de surveillance dont l’internet des objets pourrait constituer une infrastructure idéale.

L’impression qui se dégage de ces analyses est que l’internet des objets ne concerne pas tellement les objets eux-mêmes, mais la mise à disposition de données bons marché en quantité, obtenues grâce à la la « dataisation »/quantification des individus.

Dans cette vision des choses, les individus seraient donc considérés comme de simples producteurs de données. Et les objets connectés leur seraient surtout proposés pour faciliter cette production et en augmenter la quantité.

Cela permettrait d’expliquer pourquoi la plupart des acteurs de cet écosystème font peu de cas de la vie privée. Sam Lessin de Facebook estime qu’il va falloir procéder à un arbitrage entre le respect de la vie privée et les avantages du monde connecté. Jeremy Rifkin écarte toute volonté de les protéger comme le reliquat d’une société bourgeoise marquée par les limites du capitalisme – allant même jusqu’à dire qu’il faut sortir de l’âge de la vie privée.

Dans le même temps, les réseaux sociaux sont en train de démontrer que la transparence numérique est une fiction dans la mesure où les timelines affichent seulement des sélections d’information.

Cela devrait permettre de relativiser les affirmations de Jérémy Rifkin annonçant que la vie privée a perdu son attrait pour les jeunes. Il ne faut pas confondre l’envie de partager ses photos et le fantasme de laisser sa vie privée ouverte à tous les regards. Et il faut se souvenir du succès des nombreux systèmes de réseaux sociaux ou de messageries qui proposent de respecter la vie privée.

Il est de plus en plus difficile de sortir de cet écosystème connecté. On peut encore contrôler les données que l’on produit sur Facebook ou Twitter, mais comment faire de même quand chaque objet du quotidien deviendra émetteur à son tour ?

Deux problèmes vont se poser rapidement :

  • La sécurité de ces objets sera difficile à assurer, et ce d’autant plus que leur nombre va augmenter.
  • Il faudra s’assurer que ces objets restent interchangeables et que les usagers ne se retrouvent pas prisonnier d’une marque ou d’un produit.

Mais si ces deux questions sont résolues, Jeremy Rifkin estime que l’on pourra séparer le travail et la productivité. Ce sera l’occasion pour  les entrepreneurs compétents de disrupter des secteurs économiques entiers. Et ce sera l’occasion pour le capitalisme d’être remplacé par des « communs collaboratifs ». L’économie n’aura plus besoin de s’appuyer sur les concepts de propriétaire ou de travailleur, de vendeur ou de consommateur.

Autant d’affirmations trompeuses pour Sue Halpern qui fait même l’analogie avec les promesses de Karl Marx qui expliquait dans l’idéologie allemande que « le communisme permettrait aux gens d’être libres d’aller chasser le matin, pêcher l’après-midi, s’occuper des vaches et débattre dans la soirée ». Elle met notamment en doute la pérennité du modèle en contestant l’exemple de Etsy, un site qui passe pour une réussite en proposant 900 000 produits créés par des consomacteurs à 60 millions de clients mensuels. Sauf que si 74% d’entre eux considèrent leur activité sur le site comme un business, seuls 65% d’entre eux ont réussi à vendre plus de 100$ de produits sur l’année dernière.

Pour rappel, c’est également un des points forts soulevés il y a quelques années par Hartmut Rosa qui estimait que les évolutions technologiques créent autant de besoins qu’elles apportent de réponses, de sorte qu’on remplace toujours les activités qu’on économise par de nouvelles qui prennent au moins autant de temps.

Enfin, Sue Halpern estime qu’une bonne part du succès de la culture du partage et du DIY relèvent d’abord de l’adaptation aux difficultés du marché de l’emploi. Participer comme chauffeur pour Uber, ou livreur pour Instacart ne laisse plus beaucoup de temps pour chasser le matin et pêcher l’après-midi.

Ce n’est peut-être pas la troisième révolution industrielle, mais c’est la troisième vague du numérique qui met en danger le travail et la vie privée. Quant aux promesses, Sue Halpern recommande de ne pas se montrer trop naïf.

L’article est ici : The Creepy New Wave of the Internet by Sue Halpern | The New York Review of Books.

2 réflexions au sujet de “Dans la NYBooks : attention aux promesses naïves et glauques de la troisième vague du numérique”

  1. The Internet’s new wave certainly does espouse the vastly increasing connectivity between the virtual and the physical realms of our existence and economy. The internet, at first the novel marketplace for intellectual property is spreading its innovative grasp into production of goods and services felt precipitously on the analog, daily lives of those who actively participate in it and those who are party to it merely incidentally – which is where personal data issues become apparent: indeed, there may be an increasing difficulty in preventing pharmaceutical data collected with or without its subjects’ consciousness and/or consent from leaking into the physical world and having very real impact on those subjects’ lives.

    However, more than a question of a changing industry or rather economy – it can be observed that, the new wave raises with it a question of autonomy. To what extent can the owners of their proper data continue to exercise control over its use, dissemination, duration, and purpose? The argument behind aggregated “meta” data seems to imply that quantification is parallel to a sort of anonymity and thus saves the individual from any personally felt effects of collected, analysed and utilized data. However, what is overlooked is the fact that any aggregation has as its end a type of synthesis that reveals deducted conclusions that are useful only to the point that they can be later inducted to particulars. The danger is that reducing grouped data gathered from private individuals to the realms of algorithms, grows with each new injection of individuals’ information, into increasingly precise models of categorization.

    The Rifkin argument regarding youth’s growing acceptance of the privacy/ social connectivity trade-off does not hold water. It is a shallow observation stemming from the fact that indeed, the youth eagerly populate social media and integrate it in their daily lives – however, studies of the psychological impact of novel peer pressures, social stigma, and the traumatic effects of what has become known as cyber-bullying, demonstrate a reality in which youth’s enthusiasm for accepting the privacy trade-off is more akin to their enthused acceptance of a Trojan horse.

    If the internet will indeed replace old models of capitalism with novel models of collective collaboration, the same issues that plagued old world economic models will and do rear their ugly heads: where is the politic? No economic model can outrun the necessity of politics and the question remains: in this new internet economy, to whom can we entrust regulation and responsibility – where can we find the safe-guards to ensure that productivity does not progress at the price of exploitation?

  2. L’article de Sue Halpern met en avant quelques-uns des fantasmes mégalomanes de Jeremy Rifkin et tout comme l’auteure l’explique, bien que les technologies de l’information évoluent à un rythme fulgurant, j’ai la forte impression que les scénarios prédits sont parfois naïfs, symptômes d’un enthousiasme et d’une imagination débordants. Nous nous pencherons sur 2 des déclarations de Rifkin.
    1. La connectivité que permet l’internet des objets combinée aux nouvelles technologies de production de biens sera à l’origine de la 3e révolution industrielle et de la chute du capitalisme.
    Ouch, that escalated pretty quickly. Bien entendu les propos de Rifkin semblent justes à première vue, si l’on ne se fie qu’à l’enjeu de la productivité. Il va sans dire que la cueillette massive de données ainsi que la grande flexibilité que permettent les nouvelles technologies telles que l’imprimante 3D permettront dans un futur assez rapproché d’augmenter la productivité des entreprises. Le scénario proposé par Rifkin qui n’est donc pas totalement loufoque, est même très séduisant à première vue et fait sans aucun doute rêver nombre d’entre nous. Cependant, il semble tirer très rapidement des conclusions quant à une prochaine révolution industrielle et ce en ignorant une composante importante de son analyse. Effectivement, c’est en se penchant sur la question de la disponibilité réelle des ressources que l’on réalise que rien n’est joué. Rifkin parle d’une révolution par la connectivité, par les appareils intelligents : plus que tout (nous n’avons qu’à penser à nos téléphones intelligents), nous savons très bien que ces objets nécessitent la mobilisation massive de ressources minières rares, coûteuses et surtout LIMITÉES. Ainsi, les métaux rares déjà utilisés en hardware se verraient encore plus en demande qu’ils ne le sont déjà pour développer les smart grids nécessaires à l’agrandissement de big data et rien n’indique que d’un point de vue purement économique (mettons encore une fois de côté les arguments écologiques…) le jeu en vaudra la chandelle, ou même que les ressources disponibles le permettront. Les prospections et tendances soulevées par Rifkin doivent être combinées à des stratégies de développement durables : le gain de productivité à lui seul ne peut effacer la contrainte des ressources limitées. De plus, la métaphore de Halpern soulignant les promesses du communisme quant à la libération de l’homme est éloquente : nous sommes encore très loin de l’effondrement du capitalisme. En fait, il semble logique que la prochaine vague de l’internet favorisera encore une fois les entreprises qui auront sur la prévoir en investissant aux bons endroits, au bon moment.

    2. Quant à la démocratisation de l’internet des objets : il faut se débarrasser de cette pensée handicapante qu’est le désir de protéger la vie privée.
    Selon Rifkin, la vie privée est quelque chose de relativement récent, la relatant à l’ère moderne. Il prétend effectivement qu’avant cette époque, l’homme vivait relativement de manière publique et qu’il faudrait ainsi plutôt se rediriger vers la transparence. Cependant, il semblerait que la notion de vie privé tirent ses racines beaucoup plus loin, si l’on se fie aux écrits d’Aristote, qui distinguait « polis » (sphère publique) et « oikos » (sphère privée) trois siècles avant J.-C. Ici encore, j’ai quelques difficultés à suivre les prétentions de Rifkin, qui est prêt à tout écarter pour mettre de l’avant sa révolution technologique. Si les hommes prenaient autrefois le bain ensemble, et que de nos jours ils n’hésitent plus à publier quelques photos soigneusement sélectionnées (et peut-être même retouchées?) de leur dernier voyage à Cancun, cela ne veut pas dire pour autant que la sphère privée soit prête à exploser. Bien entendu la ligne entre la vie privée et la vie publique varie en fonction des mœurs de chacun ainsi que des époques, mais le fait de qualifier cette distinction de bourgeoise ne réussira aucunement à ébranler les fondements moraux et sociétaux de cette puissante réalité humaine.
    En bref, j’ai cette impression que bien que Rifkin puisse être un visionnaire, il utilise sans scrupule un discours économique quasi dématérialisé pour balayer du revers de la main les nombreux obstacles qui se dressent devant ses fascinantes ambitions.

    Rémi Gauvin

Répondre à Rémi Gauvin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s