De Uber à ADP, l’innovation ne peut pas se financer sur le dos des services publics

La privatisation de la société Aéroports de Paris était destinée à permettre le financement de l’innovation en France. C’est le modèle français, incapable d’imaginer qu’on puisse trouver de l’argent ailleurs que dans le patrimoine, le tourisme, le real estate ou les grands acteurs industriels. En 2019, quelle idée saugrenue que d’aller se dire qu’il fallait vendre les 8000 hectares de l’une des principales infrastructures du pays pour lever des fonds pour alimenter des sociétés dont l’hypercroissance est telle qu’elles provoquent une surattractivité des capitaux.

Malgré toutes ses critiques, et malgré toutes ses conséquences néfastes, quel contraste avec le modèle californien qui démontre cette même semaine avec Uber qu’on peut lever près de 8 milliards de dollars auprès du public, et ce après avoir déjà levé près de 25 milliards de dollars auprès d’investisseurs privés… et ce pour une seule entreprise.

Cela démontre par ailleurs l’inanité du projet même visant à financer l’innovation par le démembrement du public. Ce ne sont pas 10 milliards d’euros qui seraient nécessaires pour faire du numérique un projet de société en France. Malgré les apparences, et malgré leur caractère dissimulé, le coût des infrastructures numériques qui sont nécessaires pour faire fonctionner les sociétés de cette économie est en réalité bien supérieur à celui des infrastructures industrielles auxquelles nous sommes habitués.

Pour faire fonctionner son app, ce petit outil si anodin qu’on en oublie ce qu’il cache derrière, en 2018, Uber a dépensé 5,6 milliards de dollars en assurance, reversements aux chauffeurs ou aux transporteurs intermédiaires, etc. ; 2 milliards de dollars en support opérationnel ; et 1,5 milliards de dollars en R&D.

L’exemple de cette seule entreprise – l’une parmi les nombreux GAFA américains et BATX chinois qui se disputent aujourd’hui le marché européen, montre les volumes financiers contre lesquels il est nécessaire de lutter.

Et encore n’est ce pas une garantie de succès.

Tout comme la privatisation de ADP est aujourd’hui bloquée par l’appel aux citoyens du RIP, la privatisation d’Uber est pour l’instant un échec en bourse ayant fait perdre plus de 700 millions de valeur aux investisseurs en moins de 48h.

Mais au fond, les deux projets ne sont pas si dissemblables et amènent à des questions plus lourdes.

En effet, comme l’ont remarqué plusieurs analystes, le prospectus d’entrée en Bourse de Uber révèle que le véritable modèle de la société reposait ni plus ni moins que sur la constitution d’un monopole destiné à évincer et remplacer les services publics du transport dans ses pays cibles – c’est ce qui ressort noir sur blanc des documents communiqués par la société.

Dévoilé quelques jours avant le lancement de son IPO, ce modèle économique a laissé sceptiques même les plus grands défenseurs du modèle californien, allant jusqu’à susciter une véritable défiance dès lors qu’il a fallu commencer à se demander dans quelle mesure Uber serait autorisé à procéder de la sorte. 

Ce n’est donc peut-être pas un hasard si malgré les chiffres qui donnent le tournis, l’entrée en bourse de Uber a été plutôt considérée comme un échec.

Autrement dit, financer l’innovation en bradant les services publics, cela ne marche ni en France, ni aux États-Unis.

Sur France Culture, « où sont les nouveaux laboratoires du futur ? »…

Deux points me paraissaient importants.

D’abord de cesser de prétendre que « l’innovation ne se décrète pas » comme on l’entend encore bien trop souvent. Comme le montrent les travaux des chercheurs en économie de l’innovation comme Marianna Mazzucato ou Brink Lindsey, non seulement l’innovation se décide, mais elle s’organise – et ce directement au niveau des Etats. Ce n’est pas un hasard si les deux plus grands exemples de soft power techno-culturels au monde se trouvent tous deux en Californie avec Hollywood d’un côté, et la Silicon Valley de l’autre. Ce n’est pas non plus un hasard si les ambitions des GAFA semblent mieux contenus en Corée et au Japon qu’elles ne le sont en Europe. Et ce n’est bien sur pas un hasard si Criteo a du aller se côter aux Etats-Unis plutôt qu’en Europe pour rentrer enfin dans le club des « licornes » du numérique.

A ce titre, il est toujours intéressant de relire le passionnant article de Malcolm Gladwell dans le New Yorker : « Creation Myth
Xerox PARC, Apple, and the truth about innovation. »

Le second point est le corollaire du premier. Il s’agit de cesser de chercher à faire croire que l’innovation viendrait « de quelque part », que ce soit – selon les modes et les modèles – des startups, des grands groupes, de la recherche ou d’ailleurs. Comme le montre l’histoire de l’innovation, il s’agit d’un processus collectif qui ne peut s’incarner qu’à travers un grand projet de société – ce n’est pas pour rien que la Silicon Valley puise ses racines dans le projet Manhattan et que le numérique américain a été porté à bout de bras au plus haut de l’état depuis au moins 1995.

Du coup, on aimerait bien la voir cette stratégie industrielle du numérique qu’on ne retrouve finalement nulle part en Europe. Alors que des exemples comme Qwant, Algolia ou Cozycloud montrent qu’il est parfaitement possible d’attaquer les géants du web sur leur propre terrain et de réussir – au minimum – à survivre dans des conditions confortables, les français et les européens restent pétrifiés par le symbole « Quaero ».

On ne peut s’empêcher de penser que c’est dommage. Olivier Ezratty avait bien résumé la question il y a déjà quelques temps dans sa série d’articles sur « comment éviter de se faire uberiser« . Le coût social du numérique est de plus en plus remis en question – voir par exemple cet excellent article de la Chicago Law Review par Brishen Rogers, mais il sera d’autant plus compliqué à juguler que les entreprises qui le portent seront de moins en moins européennes.

Pour ceux qui s’intéressent à ce sujet, j’avais eu l’occasion d’écrire dans Esprit sur ces questions en 2011 : « les acrobates de l’innovation« . Je crois que c’est encore d’actualité.

Merci donc encore à l’excellente Mélanie Chalandon pour avoir eu la gentillesse de cette invitation dans la dernière du grain à moudre pour l’année 2015 en compagnie des passionnants Thierry Keller de Usbek et Rica, Amaëlle Guitton de Libération et Diana Filippova de Ouishare.

http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-ou-sont-les-nouveaux-laboratoires-du-futur-2015-12-31

Update : autant en profiter pour pointer également vers cet excellent article de Om Malik qui pose le ton pour 2016 – « In Silicon Valley Now, It’s Almost Always Winner Takes All«