Le prix GameCity 2014 va à Papers Please, un simulgame politique sur l’immigration et les dictatures

Papers Please wins 2014 GameCity Prize | Technology | The Guardian

Après avoir été encensé par la critique toute l’année, le prix Gamecity 2014 a été donné à une petite création indépendante consacrée aux problèmes de l’immigration et à la surveillance dans les régimes dictatoriaux : Papers Please wins 2014 GameCity Prize

Pour expliquer un peu :

  • Papers Please est une simulation de contrôle douanier
  • Le joueur joue le rôle d’un agent de la douane dans un pays fictif en Europe de l’Est
  • Au fur et à mesure du jeu, des personnes se présentent à votre comptoir
  • Vous devez contrôler la validité de leurs passeports, avec des niveaux de difficulté croissants – des photos qui ne matchent pas, des fausses dates de naissance, des erreurs dans les histoires qu’ils racontent, etc.
  • Rapidement, le jeu vous propose de laisser passer certains faux passeports contre des dessous de table, mais aussi de laisser passer des faux passeports pour permettre à l’opposition d’exercer son activité politique
  • Au fur et à mesure, vous êtes contraint de vous engager de plus en plus en tant que joueur, et de commencer à faire des choix politiques – ce qui permet de faire passer un certain nombre de messages sur les régimes dictactoriaux, les problèmes d’immigration, etc.

Attention quand même car Papers Please n’est quand même pas une création militante. A mi-chemin entre le serious game, la parodie politique et le puzzle game, le jeu ressemble surtout à une simulation de système politique dans laquelle la simplicité du design permet de mettre plus d’accent sur le storytelling – un peu comme pouvaient le faire Civilization ou Sim City.

Pour la petite histoire, le jeu a été développé par Lucas Pope un ancien développeur du célèbre studio Naughty Dog sur la base de ses mauvaises expériences avec la douane du Japon – pays où il réside.

On pourrait facilement imaginer des jeux similaires sur bien d’autres sujets – il en existe déjà mais la liste n’est pas si longue.