Lawrence Lessig interviewe Edward Snowden

C’est toujours un plaisir de suivre les travaux de Lawrence Lessig, et cette interview d’Edward Snowden ne fait pas exception à la règle.

Snowden fait plusieurs assertions relatives au développement de la société de surveillance, un lecteur de Slashdot a identifié les points les plus saillants :

Pour la petite histoire, c’est dans la même salle que j’avais eu l’occasion il y a quelques années de voir un autre professeur de Harvard défendre la mise en place de la surveillance de masse et les mesures spéciales contre les terroristes. C’est la routourne qui tourne.

Les donations politiques de Google dépassent celles de Goldman Sachs

Google overtakes Goldman Sachs in US political donations - FT.com

L’information fait écho à la récente interview de Morozov dans Le Monde. La Silicon Valley ressemble de plus en plus à Wall Street. Les chiffres de dépenses montrent que les entreprises du numérique sont maintenant de plus en plus républicaines ou bi-partisanes car elles ont un fort biais libéral – voire libertarien, et anti-régulation.

L’article est ici : Google overtakes Goldman Sachs in US political donations – FT.com.

What if Singularity was just bullshit?

…the books under review are mistaken about the relations between consciousness, computation, information, cognition, and lots of other phenomena.

We see too much cognitive-science washing…

Curated from www.nybooks.com

What if algorithmic regulation was just libertarian paternalism?

The objections about dignity and manipulation that I’ve been considering can sound hysterical. In that world almost every decision is manipulated in this way. Choice architects nudge almost everything I choose and do, and this is complemented by the independent activity of marketers and salesmen, who nudge away furiously for their own benefit. I’m not sure I want to live in nudge-world, though—as a notoriously poor chooser—I appreciate the good-hearted and intelligent efforts of choice architects such as Sunstein to make my autonomous life a little bit better. I wish, though, that I could be made a better chooser rather than having someone on high take advantage (even for my own benefit) of my current thoughtlessness and my shabby intuitions.

Meritocratic libertarian paternalism… the future?

Curated from www.nybooks.com

Antonio Casilli : quatre thèses sur la surveillance numérique de masse et la négociation de la vie privée

Les études annuelles du Conseil d’Etat offrent la possibilité d’accueillir des contributions qui, sans nécessairement engager le Conseil, permettent de compléter ou de faire connaître des points de vue utilement en décalage avec l’étude proprement dite. 
La contribution d’Antonio Casilli est particulièrement intéressante, elle est disponible ici, un peu en avance du rapport du Conseil d’Etat lui-même : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/01/05/55/03/PDF/Contribution_M.CASILLI.pdf
La notion de surveillance participative touche juste, mais on va déjà plus loin. Ce qui apparaît aujourd’hui, ce n’est plus la seule surveillance, mais la mise en oeuvre d’une crowd-pressure destinée à influer les opinions en faisant pression sur les témoins, les participants d’un événement, etc. On est déjà passé de la surveillance participative à la manipulation participative.
Antonio Casili a également raison de dire que nous n’assistons pas à la fin de la vie privée. Nous sommes même en train de voir son épanouissement permanent. Nous n’avons jamais eu autant de vie privée. Nous en produisons de plus en plus. Et c’est autour de la captation et de la valorisation de la vie privée que se fixent les luttes de pouvoir. Quand Zuckerberg explique qu’il faut oublier la vie privée, ce qu’il veut vraiment dire, c’est qu’il faut cesser de la garder pour soi, et laisser son entreprise l’organiser à votre avantage. Ce n’est pas une guerre pour ou contre la vie privée, c’est une constatation de son extension permanente et un combat pour s’en assurer le contrôle au nom de ses producteurs.
Du coup – et je crois que c’est nouveau, il affirme que la vie privée devient l’objet d’une négociation collective. Il faut rétablir un équilibre entre les forces en présence dans cette négociation : les États, les acteurs du marché, les individus. On comprend très bien pourquoi il en appelle à des règles qui ne soient pas des droits fondamentaux – qui seraient inefficaces entre les individus et le marché, mais pas non plus une régulation – qui ne régleraient que les seuls problèmes des acteurs du marché entre eux. Ce qui est nécessaire c’est un cadre plus complexe permettant de rééquilibrer les relations entre individus et entreprises. Il sera difficile de le faire sans un environnement complet et notamment sans le juge.

Dans Le Figaro : Google dénonce des emails pédopornographiques à la police

« Un homme de 41 ans a été arrêté par la police de Houston dans l’État du Texas, pour détention de pédopornographie. L’homme, déjà condamné pour agression sur mineur en 1994, aurait envoyé un email contenant des photos pédopornographiques en passant par Gmail. Les autorités locales ont expliqué avoir été alertées par Google, qui scanne automatiquement tous les emails qui passent pas son service. »

Si c’est vrai, ça va encore faire des histoires…

Google dénonce des emails pédopornographiques à la police.

Google dénonce des emails pédopornographiques à la police